Greffe de sourcils à Paris, la solution durable pour retrouver ses sourcils

Oeil et sourcil de femme

Trop courts, dégarnis, inexistants, marqués par une cicatrice, ne repoussant plus… les sourcils peuvent être sources de nombreux complexes chez les patients, en particulier les femmes.

Il n’existe malheureusement pas de traitement permettant de faire repousser les poils sur le long terme. Quant au maquillage ou la dermopigmentation, ils peuvent parfois être peu naturels.

Aujourd’hui, la seule manière de corriger durablement des imperfections au niveau de la ligne sourcilière est de réaliser une greffe de sourcils. Cette intervention consiste à prélever des cheveux pour les réimplanter sur la ligne sourcilière. Elle est définitive et, grâce à l’amélioration des techniques de greffe, il est désormais possible de recréer un sourcil dans son intégralité.

1. Pourquoi les sourcils ne repoussent-ils plus ?

En langage médical, on parle d’alopécie du sourcil.

L’alopécie peut être :

  • totale : le sourcil a entièrement disparu ;
  • ou partielle : l’arcade sourcilière s’est progressivement dégarnie ou une partie du sourcil s’est estompée.

Si l’âge et certaines maladies comme l’anémie et l’hypothyroïdie sont des facteurs de dégarnissement, en revanche, la disparition du sourcil peut être liée à des causes externes.

La plus fréquente, c’est l’épilation répétée des sourcils, une pratique courante chez les jeunes femmes. À force de les épiler, les poils voient leur cycle de vie s’accélérer, ce qui provoque leur affinement progressif, puis leur disparition définitive.

Une autre cause fréquente de disparition de sourcils, c’est l’accident, par exemple une brûlure au visage, une blessure ou, tout simplement, un piercing que l’on arrache par mégarde. Là non plus, les poils ne repousseront plus.

2. À quoi sert la greffe de sourcils ?

Cela va dépendre des problématiques de chacun.

Le plus souvent, les patients ont recours à une greffe de sourcils pour :

  • recréer un sourcil disparu ou inexistant ;
  • densifier des sourcils clairsemés ;
  • ou encore masquer une cicatrice située sur la ligne sourcilière.

La greffe peut également être une solution lorsque l’on souhaite :

  • modifier la forme de ses sourcils ;
  • ou corriger un maquillage permanent inesthétique.

3. Pourquoi s’agit-il d’une solution préférable au maquillage ?

Tout simplement parce que, contrairement au maquillage, la greffe de sourcils est une solution définitive. Cela s’explique tout simplement par le fait que chaque implant provient d’une zone du cuir chevelu – l’occiput, le plus souvent – qui n’est pas sensible à l’hormone responsable de l’alopécie androgénétique. Autrement dit, le poil greffé se renouvellera pendant toute la vie du patient.

Par ailleurs, le résultat de la greffe est plus naturel que le maquillage, puisque le chirurgien insère des poils qui ont une texture proche des poils existants et qui permettront donc de redonner à la ligne sourcilière du relief et une vraie densité pilaire. Le résultat final est donc imperceptible à l’œil nu, contrairement au maquillage.

4. Comment le chirurgien redessine-t-il l’arcade sourcilière ?

C’est au cours de la séance de consultation préopératoire que le chirurgien et le patient déterminent ensemble la forme du sourcil à corriger.

Le dessin final dépend, bien sûr, des desiderata du patient (celui-ci peut apporter des photos de ce qu’il souhaite) :

  • Souhaite-t-il densifier ses sourcils ou masquer une cicatrice ?
  • S’il y a un changement de forme, souhaite-t-il qu’ils soient longs ou courts, fins ou épais, droits ou arqués ?
  • S’il s’agit d’une reconstruction totale, où souhaite-t-il que les nouveaux sourcils soient situés par rapport à l’arcade sourcilière ?

Pour aider le patient à visualiser le résultat final, le chirurgien trace généralement les zones à greffer au crayon dermographique et il prend aussi des photos médicales pour pouvoir, après l’intervention, comparer les sourcils corrigés à ceux d’origine.

6. Quelles sont les différentes techniques de greffe de sourcils ?

Comme pour la greffe de cheveux ou la greffe de barbe et de moustache, le chirurgien extrait les implants de la zone occipitale du cuir chevelu. Le nombre varie selon les cas, mais il faut compter en moyenne entre 100 et 400 greffons par patient.

Pour cela, le médecin peut avoir recours à deux techniques de prélèvement :

  • par bandelette (FUT à cheveux longs) ;
  • ou par extraction folliculaire (FUE).

Chaque technique présente des avantages et des inconvénients.

Le prélèvement par bandelette facilite le travail de sélection des implants. De plus, il ne nécessite pas que l’on rase la zone donneuse. En revanche, cette technique dite « FUT à cheveux longs » requiert l’extraction d’une fine bande de cheveux, laquelle laisse une très fine cicatrice sur le cuir chevelu.

De son côté, le prélèvement par extraction folliculaire laisse des cicatrices circulaires de moins d’un millimètre de diamètre sur le cuir chevelu. Mais cette méthode a pour inconvénient de nécessiter le rasage de la zone donneuse.

À l’issue de la consultation préopératoire, le chirurgien doit préciser au patient quelle technique de prélèvement il compte utiliser.

7. Comment se passe l’intervention ?

Selon la taille de la zone à corriger et la complexité de la procédure, la séance dure entre une et trois heures. Elle se déroule toujours en quatre étapes :

  • Préparation du patient : le jour J, le chirurgien trace au crayon dermographique la zone donneuse et la zone receveuse. Le patient contrôle le dessin en se regardant dans un miroir.
  • Prélèvement des implants de sourcils : après anesthésie de la zone donneuse, le chirurgien procède à l’extraction de chaque follicule pileux selon la méthode convenue lors de la consultation préopératoire.
  • Sélection des greffons : le chirurgien sélectionne les unités folliculaires. Il privilégie la microgreffe. Seuls les follicules pileux courbés et contenant un ou deux poils sont choisis pour une greffe de sourcils.
  • Transplantation : il s’agit d’une procédure délicate. Les greffons sont ainsi implantés un par un en respectant l’orientation et l’obliquité des poils selon leur position sur le sourcil. Bien entendu, l’implantation doit suivre scrupuleusement le dessin préalablement convenu avec le patient.

8. Le résultat est-il immédiat ?

Non.

Il faut attendre entre neuf et douze mois pour obtenir le résultat définitif.

En effet, les poils qui ont été greffés tombent quelques semaines après l’intervention. Les racines entrent alors en phase de repos pendant deux à trois mois. Ce n’est qu’au troisième, voire au quatrième mois que les poils recommencent à pousser. Le résultat est perceptible à partir du sixième mois.

9. Comment prendre soin de ses sourcils greffés ?

C’est un point important à garder en tête : contrairement aux poils de sourcils, les implants nécessitent un entretien régulier.

Provenant du cuir chevelu, ils continuent à se comporter comme des cheveux et gardent donc le rythme de croissance d’un cheveu, à savoir un centimètre par mois.

De manière générale, il faut prévoir de les couper une fois par semaine.

N’hésitez pas à contactez le Docteur Eric Bouhanna au 01.47.54.95.16 ou via Internet.